Retour
05.10.2020

Excursion en camping-car en Suisse

Des vacances en cette « année-Corona » : Comment les plans de voyages alternatifs se traduisent par une aventure inoubliable et hautement inattendue.

Nombreux se rappelleront de l’été 2020 comme celui ne s’étant pas déroulé comme initialement prévu.  Le coronavirus a aussi nui à nos projets de vacances. Tout était planifié : direction les parcs naturels du Canada. Un voyage de Vancouver à Calgary, l’observation des ours, la découverte des lacs les plus bleus du monde et d’autres phénomènes de la nature. Mais le virus a complètement ruiné nos plans. 

Un voyage en Suisse en camping-car, en Adria Compact DL, est devenu l’alternative qui nous a fait oublier le Canada !

Décision prise, nous avons donc commencé à planifier notre voyage en détail, dont les arrêts intéressants et les nuitées, ce à quoi nous sommes habitués, en tant que véritables « voyageurs en avion et voiture ». Pas tout à fait comme un utilisateur d’un camping-car expérimenté ferait, mais quand même. Malgré la planification nous avons eu beaucoup d’incertitudes. Combien d’arrêts pouvons-nous faire en 2 semaines? Combien de kilomètres voulons-nous parcourir par jour? Où pouvons-nous stationner pour la nuit? Pourquoi ne puis-je pas faire une réservation à ce camping?...

Abandonner un projet planifié était quelque chose à quoi il fallait dorénavant s’habituer. Même si la Suisse n’est pas connue comme un pays très sympathique envers les camping-caristes, nous avons misé sur ce pays et avons commencé à aller vers le sud.

En tant que nouveaux utilisateurs de camping-car, nous nous sommes donné un peu de temps pour nous habituer à cette façon de voyager et avons fait 2 arrêts au Luxembourg et en France. Le camping est un peu plus complexe que de s’enregistrer dans un hôtel, il faut : demandez un spot, trouvez le lieu, mettre à niveau le véhicule, brancher l’électricité… Et qu’en est-il de vider les toilettes et de s’assurer qu’il y a assez d’eau propre et pas trop d’eau usée (vocabulaire propre au camping que nous avons vite appris). Dans les Vosges en France, nous avons fait connaissance avec notre premier camping. Les camping-caristes habitués ont été un peu surpris quand, au début de l’après-midi, un Adria Compact s’est transformé en un lieu de campement avec des personnes de moins de 30 ans ! Nous arrivions juste à temps pour prendre la dernière place sur ce site populaire de Plainfaing. 

Mais comme évoqué, ce n’était pas notre destination finale. À 8h le lendemain matin, nous avons mis le cap sur la Suisse. Avec des réservoirs pleins et vides, nous avons tourné la clé et sommes allés sur notre premier site à ne pas rater : Lauterbrunnen. Un petit village populaire dans l’une des vallées de la Jungfrau. Cette vallée est connue pour ses 72 cascades qui tombent du flanc de la montagne, même en plein été.

Nous avons essayé sans relâche d’obtenir une place pour une nuit dans l’un des nombreux campings de cette vallée, mais, malgré le Coronavirus, de nombreux campings étaient complets. Malheureusement, il n’a pas été possible de rester plus de 1 nuit dans cette vallée à en couper le souffle. Nous avons donc pu aller au camping Rütti situé en dessous d’une des nombreuses cascades. Nous pouvions donc profiter de notre emplacement uniquement le matin et le soir afin d’avoir suffisamment de temps pour découvrir les environs la journée. Comme nous sommes partis tôt, nous sommes également revenus tôt et le camping-car était entièrement prêt à l’heure du déjeuner, c’était idéal! Après avoir trouvé le bon adaptateur électrique suisse, nous avons continué à explorer la région après le déjeuner et avons eu assez de temps pour traverser de nombreux sites de cascades de notre liste.

Ce lieu nous donnait vraiment envie à ce que l’on y passe plus de temps, mais malheureusement Lauterbrunnen n’avait pas de place pour nous dans les prochains jours. Avec de nombreuses alternatives disponibles dans la région de Jungfrau, nous avons téléphoné au camping Eigernordwand à Grindelwald, à une demi-heure de route. Faire une réservation n’était pas possible, mais si nous arrivions le lendemain à l’heure, ils pensaient que ça irait. Et nous l’avons fait. Nous avons réussi à obtenir une place le lendemain de l’autre côté de l’Eigerwand avec suffisamment de temps pour partir à une autre aventure.

Après 2 nuits d’orages violents, nous avons décidé de faire le point sur notre voyage. Plus tard cette semaine-là, nous avions prévu de passer voir le symbole emblématique de la Suisse: le Matterhorn. La randonnée autour de ce géant commence à une hauteur de 3.000 mètres et c’est quelque chose que vous préférez faire avec un ciel bleu au-dessus de vous. Et c’était donc le point critique car le temps restait instable pour le reste de la semaine. Il était temps de changer de plan : Vendredi serait le jour parfait pour Matterhorn. Nous avons donc dû changer de cap. C’est là où nous nous rendons compte la chance que nous avons par la flexibilité de voyager en camping-car. Nous avons décidé de visiter la prochaine vallée de Kandersteg. C’est là où un train emmène chaque année de nombreuses motos, voitures et camions via le tunnel du Lötschberg au sud de la Suisse. Après un séjour au camping Rendez-Vous et une visite à l’Öschinenmeer, nous avons donc également emprunté ce train pour notre prochaine activité. Au début, nous étions un peu anxieux ; pouvons-nous, en tant que débutants, conduire ce véhicule assez large et haut en toute sécurité et sans dommage pour rentrer et sortir de cet étroit wagon (ce n’est pas du tout une voiture habituelle.)? Eh Oui! Même sans problème. Et 20 minutes plus tard, nous étions donc au pied de Wallis, la région suisse de notre destination, le Matterhorn.

Les prévisions météo étaient bonnes : un vendredi ensoleillé était promis avec un ciel bleu dégagé. Le chemin de fer de Gornergratbahn nous a amené à 3.135 mètres à partir desquels nous avons commencé notre randonnée de retour à Zermatt. Sans aucun doute, le moment le plus marquant de notre voyage!

Après une bonne semaine et environ 60 kilomètres de randonnée suisse derrière nous, il était temps de se détendre. Nous nous sommes dirigés vers l’Italie où nous avons apprécié le Lago di Maggiore pendant 3 jours. L’impact du Coronavirus était évident : le Camping Village Conca D’Oro nous a proposé un emplacement juste au bord de l’eau dans un camping presque vide.

Après avoir rechargé toutes nos batteries 😊, nous avons commencé à penser à rentrer chez nous. Nous n’avions pas fait tout ce que nous avions prévu avant de partir tel que: aller au Mont Blanc et dans les Alpes français. Ces projets devront attendre un prochain voyage !

Nous avons donc suivi les routes suisses en direction de l’Allemagne et avons un peu défié l’Adria. Après 10 jours, nous ne nous considérons plus comme des débutants, il était donc temps de faire de belles routes de montagne. Nous sommes passés par Simplonpass et Grimselpass. La boîte de vitesses automatique Fiat a fait un travail formidable. De beaux sites en bonus pour ce voyage.

Après la dernière escale en Suisse, nous avons visité la Forêt-Noire allemande et sommes retournés aux Pays-Bas.

Retour à la maison après plus de 2.000 km. Tout c’est bien passé,  pour notre première fois en tant que camping-caristes, si nous pouvons nous appeler comme cela maintenant ! Mais quels étaient nos projets à la base pour ces vacances ? Qui a parlé du Canada? Cette aventure était absolument géniale et nous sommes prêts à repartir en voyage en camping-car visiter tous les endroits où nous n’avons pas pu aller cette année.